MeslignesNetU.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Quand le froid attaque…2

22
Publié le 8/02/2012

 

 

La vague de froid actuelle n’affecte pas simplement le matériel roulant, l’infrastructure subit elle aussi de nombreux dommages.

Vous l’avez malheureusement constaté ces derniers jours, de nombreux incidents liés au froid ont perturbé la circulation.

 

 

 

 

Certains éléments de l’infrastructure comme les rails par exemple, sont particulièrement sensibles aux variations climatiques.

Ces derniers étant constitués de métal, se dilatent en été et se rétractent fortement en période de grand froid au point de tirer sur les soudures jusqu’à parvenir à les faire céder.

La moindre usure, le moindre impact peut conduire à un rail cassé ou fêlé.

C’est ce que vous avez vécu la semaine dernière où 2 rails se sont cassé coup sur coup en raison d’une baisse des températures particulièrement violente.

Pour éviter le gel, le personnel de l’équipement est mobilisé sur des sites clés (il ne peut toutefois déneiger la totalité de la ligne) dés 4 h du matin pour intervenir de manière manuelle en étant équipé de pelles ou de sortes de chalumeaux.

 

Les aiguilles, qui sont ces parties mobiles des rails qui permettent le changement de direction des trains, sont elles aussi particulièrement sensibles au froid.

Le gel et la neige peuvent parvenir à les immobiliser ce qui conduit inexorablement à d’importantes perturbations puisque l’orientation des trains n’est à ce moment plus possible.

Pour éviter ce dysfonctionnement, les agents d’équipement manœuvrent ces aiguilles de manière régulière afin d’empêcher la prise du gel.

Mais lorsqu’il s’agit de neige, l’opération est plus délicate car le balayage produit par le mouvement de l’aiguille peut provoquer un amas de neige qui finit par bloquer cette dernière.

Il faut donc une nouvelle fois déneiger de manière manuelle ou déléguer cette mission aux réchauffeurs d’aiguille.

Les réchauffeurs d’aiguilles sont des sortes de boitiers de chauffages, équipés de petits chalumeaux destinés à chauffer ces points sensibles et éviter ainsi tout dysfonctionnement d’aiguille.

Le problème c’est que, durant leurs trajets, les trains accumulent de grandes quantités de neige coincées sous leurs caisses, qui avec la vitesse et le froid, gèlent.

Lorsque ces blocs se détachent ou entrent en contact violement avec les installations, ils font effet de véritables blocs de pierre lancés à pleines vitesse.

Les dégâts sont inévitables, pour le train en lui-même et pour les voies et réchauffeurs qui subissent ces chocs tout au long de la journée.

 

La seule alternative est de réduire la vitesse pour limiter l’intensité et l’importance de ces chocs et projections.

Car même si ces installations sont conçues pour résister au froid, une utilisation intense sur une période trop étendue peut aussi provoquer des pannes de charge, ou d’alimentation en gaz selon les modèles.

Il est donc nécessaire d’en vérifier le fonctionnement quotidiennement et de réaliser des actes de maintenances ou de remplacement en cas de panne.

Or, en début de semaine, les températures étaient tellement négatives qu’un nombre important de ces réchauffeurs ont cédé simultanément sur l’ensemble de la région.

Pour la gare de Versailles chantiers uniquement, 4 aiguilles ont été paralysées par le froid rendant impossible l’accès de certaines voies.

Les gares de St Cyr et La Verrière étaient elles aussi fortement touchées.

Au total, ce lundi 06 au matin, 26 aiguilles ont cédé au froid sur l’ensemble de la région (ligne N, U et C).

Les conditions météorologiques sont donc actuellement très difficiles à gérer car l’importance du parc roulant et l’étendu des installations à protéger demande des efforts permanents sans garantie de maitrise.

Toutes les équipes vigilent les alertes météo pour anticiper à la fois les mesures de protection qui peuvent être entreprises et pour dé saturer les centres de maintenance qui à l’heure actuelle doivent intervenir sur chaque dysfonctionnement.

Malgré tous les efforts entrepris, augmentation du personnel dans les dépôts et les centres de maintenance, mobilisation d’équipes dédiées au déneigement des installations, maintenance réalisée 24/24, actes de protections des rames et maintenance préventive, la rigueur du froid s’abat irrémédiablement sur le matériel entrainant chaque jour de nouveaux dommages nécessitant des immobilisations de rames, qui, si elles sont trop nombreuses (comme c’est le cas cette semaine) nous contraignent à réaménager le plan de transport en fonction du parc disponible ou des installations touchées.

22 commentaires pour “Quand le froid attaque…2”

  1. EPPasser en mode normal dit :

    Merci pour ces précisions. Pour avoir voyagé en TGV en décembre 2010, je confirme que l’effet de l’accumulation de la neige est impressionnant; de vrais coups de masse dans la caisse même à vitesse réduite (160-180 km/h). De même, la vue des vitres brisée à l’arrivée fait froid au dos.
    Par contre, sur la 1ère photo, il faudrait signaler aux agents que l’utilisation du balai à 2 mains est plus efficace 😉 !

  2. tina_78 dit :

    Bonjour Amélie,
    Je suis désolée d’écrire sur ce post, mais comme il n’y a pas de post concernant les problèmes de ce matin, je me permets.
    Est-il possible d’avoir une explication concernant les trains qui ont été supprimés ce matin sur la ligne N?? Si vous en savez plus, biensur.
    Les trains de 7h25; 7h55 au départ de Mantes la jolie ont été supprimés sans que les agents sachent pourquoi.
    Les agents ne savaient pas si le train de 8h55 allait être maintenu.J’ignore s’il est passé puisque je suis repartie à Bonnières pour récupérer ma voiture et aller travailler ainsi.
    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.

    • Bonjour,

      Le matériel souffre actuellement de la chute des températures et des dommages causés par le gel.
      De ce fait plusieurs trains sont actuellement en centre de maintenance et rendent impossible l’application du plan de transport habituel (sous-effectif du matériel roulant).
      La ligne N a donc choisi de programmer et de communiquer sur la suppression de 2 trains le matin et de 2 trains le soir afin que les voyageurs puissent adapter leurs déplacements.
      C’est un programme d’adaptation du plan de transport en fonction du matériel disponible.
      Le train de 7h25 fait parti de ces 2 suppressions annoncé sur le site Transilien et les affiches en gares.
      Le second, le train de 7h55, a subit un problème matériel qui n’a été détecté qu’au moment de son départ.
      Je n’en connais pas l’origine mais il est possible qu’il soit aussi lié au froid qui cause de nombreux dégâts sur le matériel ces jours-ci.
      Le programme d’adaptation est d’ailleurs prolongé jusqu’à lundi en raison de la chute des températures annoncées.
      Je vous invite pour cela à consulter le site info trafic de Transilien.
      http://malignen.transilien.com/2012/02/07/adaptation-hivernale/

  3. Sofi dit :

    Bonjour,

    Usagère quotidienne du Dreux-Paris semi-omnibus, je suis régulièrement confrontée au problème de température dans les trains.
    Lundi soir, c’était la canicule.
    Mardi soir, aucun chauffage, Je ne sentais plus mes mains (avec gants pourtant)
    Ce matin, j’ai été obligée de changer de wagon, car pareil pas de chauffage.
    Et on paye pour tout ça.
    De plus habitante de Raville (Cherisy), nous avons dû subir pendant 2 semaines le blocage du passage à niveau, rallongeant tous nos trajets voiture de 10 bonnes minutes. Samedi dernier, finis les travaux, mais la barrière ne se relevait pas et ceci apparemment toute la journée. Heureusement y avait pas encore la neige, car vu que les petites routes ne sont pas dégagées, on aurait été complètement bloqué.

    Je râle beaucoup sur ce blog, mais franchement les conditions de transport ne sont pas tous les jours faciles, entre ceux qui fument dans le train, l’absence de chauffage, l’absence de toilettes ouvertes, les retards, l’absence d’annonce.

    Un grand merci à certains conducteurs qui nous tiennent bien au courant de toutes les anomalies, même si eux n’ont pas encore l’explication.

    Bonne journée à tous

    • AS dit :

      Certains cheminots ne font pas d’annonces estimant que ce « n’est pas leur travail »… ça en dit long sur l’intérêt que l’on porte aux voyageurs..

  4. Bernard dit :

    Aie Aie … les températures remontent !!!….
    A coup sur, la SNCF va encore supprimer quelques trains en prétextant le dégel ?

  5. epsilon dit :

    ah oui cela a été le cas ce matin.
    Arrêt définitif du train de Rambouillet en gare de la verrière à 7h01 ce matin , le dégel peut être voir une hausse sensible des températures ?
    Et oui difficile de trouver des causes à une erreur totale sur le choix même du matériel roulant.
    Comment peut on accumuler autant d’erreurs flagrantes sans qu’aucune sanction ne soit prise ?
    On voit le niveau de déresponsabilisation dans une entreprise comme la SNCF qui est dans l’incapacité de corriger le tir. Heureusement que le secteur privé n’agit pas comme cela sinon …. pauvre france.

  6. Fred28500 dit :

    @Amelie : le redoux pointant son nez, va t on retrouver les trains suspendus la semaine dernière (entre autre le Versailles / Dreux de 17:56) ?
    Merci 🙂

    • Diirty-Flow dit :

      Pour l’instant il est censé rouler.

      Cordialement

    • Bonjour,

      Le redoux va effectivement permettre une reprise du service normal, mais il faut avant cela que les rames qui ont été impactées par le gel et qui sont actuellement traitées sortent des centres de maintenance.
      Il faut donc rester attentif au site Transilien info trafic ainsi qu’au affichages en gares qui continuent à informer sur les mesures prises

  7. Stéphane2 dit :

    Ok super, merci !

  8. Fred28500 dit :

    Impec ! 🙂

  9. Patacrêp' dit :

    Bonjour Madame Lebreton,

    Comment pouvez-vous faire la promotion du site « Transilien info trafic » quand celui-ci ne devient même plus fiable ?
    Pour exemple ce matin même, on se lève plus tôt exprès pour tenter de prendre un des rares trains circulant en gare de Plaisir Grignon, de vérifier le trafic en TEMPS REEL via la rubrique « les prochains trains » et …. surprise !!! une fois arrivés en gare, notre train est supprimé !

    Je veux bien entendre tous les problèmes liés aux avaries etc. et ne pas fustiger gratuitement le service, mais nous estimons que cela commence à faire un peu trop….

    Alors plutôt que d’apporter des réponses ultra aseptisées sur ce blog, faites plutôt preuve d’objectivité et faire au moins un geste pour les usagers.

    Et pendant ce temps, on continue à encourager les voyageurs à souscrire aux pass’ Navigo, ça, ça ne change pas. La SNCF récupère son argent, mais aucune rétribution, aucun « dédommagement » de quelque sorte… c’est plutôt révoltant, à force.

    Un usager en colère.

    • Bonjour,

      Mes réponses ne sont pas aseptisées, mon rôle à travers ce blog est justement de ne pas l’être et de vous apporter des réponses basées sur des faits.

      Lorsque j’explique un fonctionnement ou une difficulté, j’explique effectivement aussi les raisons de nos difficultés, cela me parait normal et surtout logique dans une démarche d’échange et d’information.

      Les informations que je donne, les difficultés que je cite, les secteurs de responsabilité que je définis sont réels et avérés, je n’ai rien à aseptiser.

      Quand aux dysfonctionnements, je ne les nie pas, ils existent.
      Certains s’améliorent, d’autres plus difficilement.

      En ce qui concerne les incohérences que vous signalez sur les applications ou le site Transilien, il faut toutefois comprendre une chose importante sur son fonctionnement : c’est qu’il s’agit d’information en temps réel, alimenté en temps réel et qui ne peut donc rien anticiper.
      Un train est donc annoncé circulant sur l’application jusqu’au moment où un incident inopiné provoque sa suppression.
      C’est alors que l’information est relayée et les sites et applications alimentés pour que cette information apparaisse.
      Un outil d’information en temps réel ne permet en aucun cas d’anticiper un incident.

  10. vincent2 dit :

    Madame Breton,

    A quand un article « Pétition pour le remboursement d’une partie de notre titre de transport » pour que nous puissions, nous, usagés exaspérés, nous unir, pour que la SNCF nous rembourse le service qu’elle ne nous fournit pas, mais que nous payons plein pot.

    Je veux bien utiliser des trains des années 1960, à condition de payer le tarif des années 1960.

    • AS dit :

      Bonjour,

      C’est le STIF qu’il faut enguirlander pour les tarifs … c’est ces gens, dirigés par notre cher Jean Paul Hcuhon (PS) qui ne cessent d’augmenter les tarifs, de nous mettre des horaires à la noix sur certaines lignes, de fournir des bus sans aucune options necessaires pour le confort du voyageur …

      Et moi qui pensait que les socialistes étaient plus humanistes et moins capitalistes que les gens de droite …

    • vincent2 dit :

      @AS : Je ne suis pas d’accord. C’est la SNCF qui commercialise le service, pas le STIF. Lorsque vous achetez une voiture, vous vous adressez au constructeur, pas aux fabricants de pièces détachées.. C’est le même principe ici. Et le STIF n’impose pas à la SNCF d’utiliser du matériel roulant des années 1960. Me trompe-je?

      Je considère que « voyager » dans des petits-gris n’est pas le même niveau de service que de voyager dans des trains modernes. Le service n’est pas le même, le tarif si. Cherchez l’erreur!

    • AS dit :

      Concernant les bus, c’est le STIF qui finance pour beaucoup … je présume que c’est pareil pour les trains (CF les rames rénovées du RER B).
      La SNCF remplit la mission que lui alloue le STIF.

    • vincent2 dit :

      @AS: Peu importe qui finance quoi, de toutes façons, ce sont nos impôts qui financent le STIF au final..
      Ce que je veux dire, c’est que j’achète un service à UN SEUL interlocuteur qui est la SNCF.
      De mémoire, lors d’une grève d’un mois sur le RER B (ou D), les usagers de cette ligne avaient reçu un remboursement de leur titre de transport. C’est donc que c’est techniquement faisable pour les usagers des petits-gris du Paris->Rambouillet par exemple.

      Madame Breton nous dit qu’ils seront progressivement remplacés d’ici 1 an. Pas de souci, le remboursement partiel de nos titres de transport pourra être progressivement diminué d’ici là.

  11. EPPasser en mode normal dit :

    @vincent2: En attendant, j’étais bien content hier matin de mon p’tit gris. Au départ, je pensais prendre la ligne L (quasiment interrompue en raison d’une panne de signalisation à Puteaux) mais, intuition ou coup de chance, j’ai préféré prendre la N.

    Pour compléter la réponse d’AS, si la SNCF commercialise les titres de transport (comme la RATP et les autres transporteurs), l’argent revient au STIF qui le redistribue ensuite.

    • vincent2 dit :

      Si le STIF redistribue ensuite à la SNCF, je ne vois pas où est la difficulté de savoir combien sur mes 111.5€ revient au final à la SNCF. Et d’appliquer un remboursement proportionnel à cette part

Les commentaires sont fermés.