MeslignesNetU.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Nom de code

12
Publié le 27/08/2012

Quand on cherche son train, on recherche toujours trois informations.

L’heure, le quai, et le code mission.

Ce code mission attribué à chaque train permet en effet d’en connaitre la destination….

Mais savez-vous que ce nom de code, bien loin d’être choisi au hasard, cache une foule d’informations, et peut vous permettre en un clin d’œil, de connaitre desserte, provenance et destination de chaque train ?

Jetons un œil !

Dans le milieu ferroviaire, tout est codifié, et pas seulement la signalisation…

Chaque locomotive et chaque rame possède son propre numéro, bien en vue, telle une carte d’identité.

Chaque train qui circule est reconnu par numéro qui joue le rôle de fiche de service, identifiant le train dans sa mission donnée et indiquant son heure de circulation, son axe, son appartenance et sa desserte.

Enfin, chaque train possède un code mission, composé de 4 lettres inscrites sur son fronton, qui permettent ainsi aux voyageurs de mieux l’identifier.

Il peut être nommé VIDE lorsqu’il rentre au dépôt, se rend au centre de maintenance, ou à son point de départ, mais lorsqu’il circule il porte le nom de son service commercial.

Sur notre ligne, nous croisons tous les jours des PORO, RIPI, MEPU, PEGU, PADO et autres SOPI…

Mais savez-vous que chaque lettre vous donne une information ?

La première est la plus facile à identifier…

Elle vous livre toujours le nom de la gare de destination !

Ainsi un P indique que la gare de Paris Montparnasse, un R celle de Rambouillet….

La seconde lettre révèle le type de desserte.

Il peut être :

-soit omnibus et sera traduit par un O,

-soit direct à partir de Sèvres, symbolisé par un E

-soit direct à partir de Versailles indiqué par un A

-ou encore direct à partir de Viroflay marqué par un I.

La troisième lettre fait écho à la première en donnant cette fois-ci la gare d’origine.

Ainsi un D symbolise Dreux, un G indique la gare de plaisir Grignon…

Enfin la dernière lettre permet simplement de former un nom de code prononçable….

Ainsi un POGI est un train qui vient de plaisir Grignon et qui se rend à Paris en service omnibus…contrairement au PEGU qui lui sera lui direct entre Sèvres et Paris.

La multiplication des dessertes, des axes et donc des codes mission provoque toutefois quelques combinaisons qui deviennent difficile à traduire ou encore tellement rare, qu’on en perd son latin…

Savez-vous qu’il existe un code mission que l’on ne voit qu’une seule fois par jour ?

Quel est-il?

12 commentaires pour “Nom de code”

  1. EPPasser en mode normal dit :

    Je pense qu’il s’agit du dernier train au départ de Paris et terminus Versailles Chantiers (VOPI): départ 1h05.

    • Bonjour,
      C’est effectivement une bonne réponse…pour une bonne reprise!?

    • EPPasser en mode normal dit :

      Effectivement, je viens de troquer mes tongs et chaussures de randonnée contre mon pass Navigo. Par contre, j’ai suivi les discussions d’un coin de l’œil sur mon téléphone et les trains ne sont pas restés très loin.

    • robert dit :

      mais on le voit deux fois par jour : 1h05, mais aussi 9h05 le matin !

    • EPPasser en mode normal dit :

      Exact. Je n’avais regardé que les trains en début et fin de service. Je ne pensais pas qu’il y avait une mission particulière dans la journée.

  2. The Va' dit :

    J’ai vu récemment qu’il y avait eu des feux de talus parce qu’il y a déjà des feuilles sur les voies. Alors à la première averse on va être encore empoisonné par la glissage des trains !!! et nos trains vont être encore en retards?

    • Bonjour,

      Les feuilles mortes provoquent effectivement de nombreux désagréments chaque automne.
      Mais de nombreuses actions de prévention sont actuellement en cours pour limiter ce phénomène

  3. BNC dit :

    Ahh…Moi j’aurais dit ‘DUNE’ pour le nom de code.
    D : Domicile des cadres de la ligne N
    U : Direct à partir du bUreau.
    N : part du lieu de travail des cadres de la ligne N
    E : pour que ça rime bien comme d’hab !

  4. AS dit :

    Les noms de code sont très utiles, sauf à Montparnasse, où là nous avons des numéros de trains !

    D’ailleurs d’où viennent ces numéros ?

    • Elias. dit :

      Il me semble que c’est comme dans la plupart des gares parisiennes : le système est un système « grandes lignes » et non « transilien ». Or le système GL ne prend pas les codes missions.
      Madame Breton vous expliquera mieux que moi mais c’est un truc comme ça !

    • Matthieu dit :

      Les numéros de train:
      j’ai constaté ceci

      Exemple : 165437

      Premier et deuxième chiffre, 16 = train banlieue express régional
      Troisième chiffre 4 ou 5 = train qui arrive à destination avant 12h00 ou après 12h00.
      Quatrième chiffre 2,3,4,5,6,8 : 2 = Paris – Versailles-Chantiers (il y en a 2 seulement il me semble 1 vers 09h00 a PMP et celui de 01h05), 3 = la verrière – la défense, 4 = PMP Rambouillet, 5 = Plaisir – PMP,6 = PMP – Mantes, 8 = PMP – Dreux
      Cinquième et sixième chiffre = numéro d’ordre dans la journée sachant que si le sixième chiffre est impaire il part de Paris et si il est pair il va vers Paris.

      Il suffit d’être observateur 😀

      J’imagine que la logique doit être la même pour les autres trains.

    • Bonjour, effectivement…

      Pour compléter:

      la centaine de milliers, le 1 correspond à l’activité Transilien
      La dizaine de milliers, le 6 correspond à la ligne, (pour la ligne C, par exemple, c’est un 4…)
      Le milliers, peut être un 4 ou un 5 et correspond respectivement à son moment de passage, soit le matin, soit l’aprés midi.
      La centaine, rappelle son code mission, sa zone de circulation,
      La dizaine et l’unité correspondent à son quart d’heure de passage…chez nous on l’appelle la batterie…lorsqu’un train est en retard, il risque de contaminer la « batterie », en répercutant son retard sur tous les trains des autres axes qui circulent sur le même créneaux horaire que lui…

Les commentaires sont fermés.