MeslignesNetU.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Comment ça marche…le système infogare ?

9
Publié le 6/11/2015

Photo 040Sur un trafic de la densité de celui d’ile de France, où plusieurs trains entrent en gare par minute, l’information affichée doit être à la fois précise et ré actualisable à l’instant T pour permettre aux voyageurs d’adapter leur itinéraire et d’anticiper leurs déplacements…
Pour correspondre à ce besoin, l’outil Info gare (diffusé sur les écrans bleus de vos gares) a été créé puis déployé sur toutes les gares d’Ile de France. Son fonctionnement est très différent de l’alimentation des autres types d’affichages jusque-là utilisés pour les TGV ou les TER dont le trafic n’impose pas les mêmes contraintes. D’un point de vue voyageur, cette différence qui permet la réactivité souhaitée et attendue, présente cependant quelques particularités qui interrogent souvent…
Je vous propose donc de découvrir ici comment fonctionne le système infogare qui commande l’affichage de vos trains Transilien

L’affichage Infogare

Les écrans info gare disposés dans les halls et les accès de vos gares vous permettent de consulter les prochains trains au départ, l’heure de passage ainsi que le quai de chaque train.
Depuis le 13 décembre 2013, et récemment étendu sur de nouvelles gares, afin d’être toujours plus précis dans la communication de ces horaires, les écrans affichés sur les quais, indiquent eux, le temps d’attente. Ce mode de communication s’aligne sur celui du métro pour ne donner à ce stade où le voyageur est sur le quai, que l’information qui lui manque….combien de temps reste-t-il ?

Mais alors, comment l’outil peut-il calculer ce délai ? …grâce à un système de balises !

A chaque train son horaire, à chacun donc son sillon !

Les horaires de trains, sont comme je vous l’explique souvent, le résultat millimétré du calcul de nombreux paramètres. Il ne s’agit pas de faire simplement circuler un train du point A au point B, en annonçant comme heure d’arrivée, le temps qui lui est nécessaire pour parcourir la distance entre ces deux points. Si cela suffisait il y a quelques décennies, c’est simplement parce que le nombre de train le permettait.
Aujourd’hui, compte tenu du nombre de trains qui circulent au même instant sur un même secteur, il faut, pour faire circuler un train, établir un sillon, c’est-à-dire créer une programmation à la seconde près de l’occupation des voies tout au long de son parcours. C’est une sorte de réservation qui attribue à chaque train, pour des raisons évidentes de sécurité, le droit à lui seul d’occuper les voies à un instant défini.
Dès qu’un train sort de son sillon, il n’est plus à l’emplacement précis où il doit se situer. En conséquence, le maillage du plan de transport qui prévoit les plans d’utilisation de voies, de passage sur les aiguilles, d’entrée en gare et d’occupation des quais, devient caduc. C’est alors au régulateur qui a une vision globale du plan de transport d’intervenir pour gérer la circulation. Son rôle est de permettre à tous les trains devant circuler, d’emprunter chacun l’un tour les mêmes voies, aiguilles, quais (…), sans se gêner les uns les autres et donc sans provoquer de retards en cascade ou d’incident. Il prend ainsi des décisions visant a impacter le moins possible la fluidité du trafic…
Et comme les sillons, pour répondre à la demande d’aujourd’hui, sont calculés à la minute près sur certains secteurs appelés « nœuds ferroviaires » (où transitent plusieurs lignes), le moindre incident a des conséquences sur la ponctualité.
L’horaire annoncé aux voyageurs est donc l’horaire théorique, mais qui doit, compte tenu de la réalité du trafic, être en mesure de se réactualiser tout au long du parcours du train.

Heure de passage des trains : Affichage théorique

Les écrans infogare sont donc dans un premier temps alimentés par une base « fichiers trains » qui reprend l’intégralité du plan de transport selon le jour de la semaine, et la période de l’année (service d’été ou d’hiver).
Cette base est composée du numéro du train, de son code mission, de sa desserte, sa composition (train long ou court), son quai de desserte ainsi que l’heure pour son passage en gare.

Heure de passage des trains : Affichage en temps réel

Une fois enregistré dans cette base théorique, c’est au tour des balises positionnées sur les voies d’entrer en scène !
Chaque balise permet de recalculer le positionnement des trains et d’alimenter en temps réel les écrans en gare. Sur les quais, les voyageurs voient donc les écrans se réactualiser au fil du trajet du train en fonction des balises qu’il renseigne sur son parcours. Elles sont généralement positionnées dans chaque canton ce qui correspond une balise toute les 1 à 2 minutes.
Ce qui explique des sauts de quelques minutes parfois observés !

De son côté, le conducteur, au moment de son départ en gare « tête de ligne », saisit le code mission de son train dans le système SIVE, il permet ainsi d’associer un code mission aux différents trains qui se signalent sur les balises. Ce Système d’Information Voyageur Embarqué permet aussi de réaliser des annonces à bord afin de préciser aux voyageurs la destination du train.

Ce système va d’ailleurs bientôt évoluer et nous en reparlerons bien plus en détail sur le blog, car il permettra d’améliorer l’information à bord…

versailles Chantiers

Affichage infogare : La mention « retardé »

Ces balises permettent donc aux affichages de connaitre le positionnement du train et de traduire cette information soit en horaire de passage (pour les écrans hall et souterrains) soit en temps d’attente pour les écrans sur les quais.
En cas de gros incident, il peut arriver que les trains soient immobilisés sur les voies ou contraint de rouler au ralenti. Dans ces conditions, il ne leur est plus possible de passer sur les balises (ou délai plus long avant de l’atteindre) et ainsi de permettre une réactualisation précise des affichages.
Si le train ne touche pas de balise ayant un attribut de « Recalcule Horaire H », le temps d’attente va se décompter jusqu’à 1min, puis au bout de 5 minutes, faute de pouvoir réactualiser, le système va basculer l’information en indiquant la mention « retardé »
Dans ces cas, le retard affiché va stagner, pour se réactualiser d’un coup au passage de la balise suivante, (si elle a pour attribut un « Recalcule horaire H»), ce qui explique dans certains cas de circulation les « sauts » observés sur l’affichage.

Il peut aussi s’agir dans certains cas, de la panne ou du dysfonctionnement d’une balise. Sans incident, si le train passe normalement sur chaque balise, mais que l’une d’elles ne fonctionne pas, ce n’est qu’à la suivante, que l’affichage se réindexera d’un coup sur le retard réel.

Dans les cas d’interruption de circulation, l’affichage ne peut plus être renseigné à la minute prêt et seule la mention « retardé » apparait. Dans ce type de cas, personne ne peut connaitre la durée exacte du retard, car l’incident est en train de se dérouler. Il est simplement possible de communiquer une estimation de rétablissement qui est transmises par les annonces en gare et les écrans infogare (qui communiquent aussi des messages conjoncturels…j’y reviens un peu plus tard !).

photo 3

Affichage Infogare : La mention « supprimé »

En cas de retard trop important risquant de provoquer d’autres difficultés de circulation, ou un incident sur un train, c’est la mention « supprimé » qui apparait.
Celle-ci n’est pas renseigné par les balises car, même s’il ne prend pas de voyageur, le train doit circuler pour rejoindre son point de garage ou le centre de maintenance, et donc passer sur ces balises… Ce sont donc les GIV, les Gestionnaires de l’Information Voyageurs, basés au COT, qui interviennent.
La mention « supprimé » apparait toujours au moment où il n’y a plus de possibilité de rétablissement. Les GEM, Gestionnaires de Moyen, mettent tout en œuvre pour permettre cette circulation en réalisant des combinaisons matériel/conducteur. Selon les cas, la suppression est évitée, dans d’autres cas, elle peut être communiquée quelques minutes avant l’horaire prévu. Lors d’incident, elle est bien souvent communiquée au moment même où l’événement la provoquant se produit.

Affichage Infogare : les mentions « à l’approche », « à quai »

Pour ces deux mentions, c’est le positionnement de la balise qui est déterminant. Car elles ne donnent plus de mesures de temps, mais une information de positionnement : le train est là, il est « à l’approche » ou « à quai ».
Selon la vitesse du train, la mention restera à l’affichage plus ou moins longtemps, et se retirera, dès que le train aura touché la balise suivante.
Comme vous le signalez régulièrement, la mention « à quai » présente la particularité d’être retirée de l’affichage des écrans d’accès présents dans la gare. Elle est donc uniquement visible sur les écrans des quais.
Si cette mention est utile sur les affichages à quai, elle reste problématique sur des affichages plus éloignés comme ceux des halls ou souterrain, car elle provoque généralement l’effet inverse à celui souhaité. Tout comme la sonnerie de fermeture des portes qui provoque une course alors qui devrait alerter le voyageur sur le fait qu’il trop tard pour monter à bord, cette mention « à quai », si elle est communiquée dans un hall, a pour effet de provoquer un mouvement de précipitation, et donc un risque de chute.

TIV V5 2Col Début desserte

Trains « à quai » retiré de l’affichage …

Le passage du train sur la balise déclenche donc l’affichage de la mention « à quai » sur les écrans des quais. En revanche, il le retire automatiquement des autres affichages où il est considéré que les voyageurs n’ont plus le temps de se rendre sans risques et précipitation sur le quai.
Selon la vitesse d’entrée en gare du train, il est vrai que ce délai peut varier sensiblement, laissant dans certains cas le temps aux voyageurs d’accéder aux quais. Mais dans de nombreux cas, comme celui de la gare de Versailles chantiers, qui reçoit en heure de pointe un train à quai toutes les deux minutes, ce délai est souvent bien trop court.
L’objectif de ce mode de communication est d’informer les voyageurs uniquement des trains qu’ils peuvent emprunter en toute sécurité. S’il est vrai que dans certains cas ce système complique l’accès aux trains de certains voyageurs, il reste que ce mode de communication est adapté à la sécurité des gestions de flux qu’imposent les circulations d’Ile de France.
Dans ce cas-ci, le paramétrage parfait est impossible puisque la moindre minute entraine de nombreuses conséquences…

Information supplémentaire…bandeau lumineux

Autre fonction des écrans Info gare, les bandeaux lumineux ou les messages conjoncturels.
En cas de perturbation ou lors d’information à transmettre aux voyageurs, les gestionnaires de l’information Voyageur (GIV) diffusent des messages (en bas de page ou en pleine page) qu’ils réactualisent au fil de l’incident en adaptant le message aux particularités provoquées sur chaque secteur.
En cas d’incident il vous est ainsi possible d’avoir en une phrase ou deux un point synthétique sur l’état du trafic.

Des alertes concernant les Travaux, ou des informations commerciales vous sont aussi régulièrement communiquées via ce canal. Le code couleur utilisé pour cet espace est d’ailleurs le résultat d’un sondage qui vous avait été proposé il y a quelques années… !
Vous avez été nombreux à participer et à permettre de nous arrêter sur le code suivant :
– Jaune : Communication Travaux
– Orange : Information situation perturbée
– Rouge : Information situation perturbée avec interruption de circulation
– Violet : Evénements, Information commerciales.

untitled

En bref, qui fait quoi ?

Toutes les indications relatives à la ponctualité et au positionnement du train sont générées automatiquement par le système infogare et ses balises ( +X, retardé, à quai, à l’approche).

caténaire

Toutes les autres informations impliquant un changement sur l’affichage théorique d’un train sont gérées par le GIV : Train long, train court, suppression, code mission, modification de desserte, message conjoncturel…

gestionnaire de l'information voyageurs
Les changements de quais sont eux renseignés par l’agent des PIVIFs qui réalise en parallèle les annonces en gare en fonction du secteur et du moment où ils sont décidés.

annonces en gare

L’information voyageurs est au cœur de nombreux projets, que ce soit en gare ou à bord des trains, nous reparlerons très prochainement des différentes avancées développées et mises en place pour améliorer l’information voyageur au quotidien!

9 commentaires pour “Comment ça marche…le système infogare ?”

  1. Bluebird43Passer en mode normal dit :

    Mme Breton,

    J’ai plusieurs messages pour vous.

    1) D’abord, avez-vous bien reçu mon mail ?

    2) Ensuite, je signale un groupe de rappeurs-fumeurs vu aujourd’hui (groupe typique de d’jeuns en plein dans leur période d’adolescence…) dans le train n°165449, départ PMP à 18h05. Merci de bien vouloir transmettre et de renforcer le service SUGE en soirée. Par expérience, les trains problématiques restent toujours ceux qui partent de Paris vers la province les soirées des week-ends…

    3) Enfin, concernant l’Infogare, je trouve que le système en est bien conçu malgré le problème de la mention « à quai »…

    Une remarque en tant qu’usager quotidien de la gare de SQY, je trouve toujours qu’il manque toujours les annonces des départs dans cette gare… Cette gare accueille 70 000 personnes par jour avec 6 quais et 3 lignes de trains. Il n’est pas rare de voir des personnes perdues dans le passage souterrain ou sur les quais.
    Contrairement au métro parisien, ce n’est pas une ligne = un quai attribué, du coup, je pense qu’il ne faut pas oublier que Transilien n’équivaut pas à un métro non-plus… d’où ma question suivante : Ne peut-on pas automatiser l’annonce de Simone dans la gare, 2 minutes avant le passage d’un train par exemple ?

    Sur le RER E il se fait déjà. Grosso-modo, c’est comme une annonce des trains grandes lignes mais adaptée au réseau Transilien. Au lieu de dire le numéro de train c’est le code mission + heure de passage, gares desservies (je pense que ce ne serait pas nécessaire pour la ligne N mais bon…) et le quai bien sûr.

    Ayant vu pas mal de gares, je trouve quand même bizarre qu’il n’y ait pas du tout ce service d’annonce des prochains départs dans une gare aussi grande que SQY ou même pour les autres gares de la ligne N. C’est une plus-value de service apportée par SNCF et je trouve que c’est plus formel. Je suppose que ça ne doit pas être très difficile à priori si ça se fait déjà sur le RER E ?

    Bien cordialement.

  2. gapy dit :

    et ca marche comment un train sur un rail casse ? Par la faute d’un entretien regulier un rail est casse et rafistole entre st-cloud et la defense. Curieusement les trains de la ligne L circulent mais pas ceux de la ligne U. Faut aller a st-cloud et poireauter.
    On atteint le degre zero. C’est a l’image du reportage « mensonges et verites sur la sncf » pour le CER nord pas de calais.

    • Bonjour,
      L’infrastructure est soumise à une exploitation intense, malgré les opérations de contrôle et d’entretien ou les différents chantiers de rénovation et de remplacement, ce type d’incident arrive malheureusement. La ligne L a cependant elle aussi été très affectée par cet incident. Je prépare un billet qui sera en ligne dans la journée, mais l’incident a limité la capacité de l’infrastructure à 50% des circulations prévues en pointe. Les deux lignes ont donc été lourdement impactées et contraintes d’adapter leur circulation aux particularités de leur infrastructure. Sur notre ligne U, en cas de difficulté pour circuler jusqu’à la gare de La Défense, il est possible de faire « retourner » les trains dans les gares de St Cloud, Suresnes ou Val d’Or. C’est pour cela que certains trains peuvent être rendus terminus dans ces gares, cela permet d’assurer le départ, de la mission retour d’un train qui n’aurait pas pu circuler du tout sans cette réduction de desserte.

  3. clientsncfPasser au statut dit :

    Hier j’apprends qu’il y a un problème sur un rail à la Défense via un commentaire sur le blog de la ligne N, je consulte le site SNCF, l’incident n’est pas signalé sur la ligne U mais bien sur la ligne L ! De plus les trains sont affichés à l’heure.
    Sincèrement il faut combien de temps à votre système d’information pour répercuter cet incident important ?
    Bref comme le dit le commentaire précédent, la ligne U on s’en tape, à la Défense on annonce un train à Saint-cloud, flairant le mauvais coup je me dis il vaut mieux se rendre à viroflay et ne pas attendre comme un con le probable U à la gare annoncée.
    Arrivé au Val d’or je consulte quand même pour voir à quelle heure est prévu le U à saint-cloud , 25 mn d’attente…J’ai bien fait de ne pas m’y arrêter.

    Merci la SNCF !!! Entre la N & U un incident important quasiment par jour !

  4. gapy dit :

    a la sncf au stif on s’en fout tellement des usagers de la ligne U qu’aucun train ne s’arretera au Val d’Or a compter du 13 decembre. Tout ca pour faire 2 arrets avant st-cloud. Il etait tellement plus simple de maintenir l’arrer au val d’or meme avec les deux autres cites … mais non, la sncf prefere nous allonger le temps de parcours de 5′ le matin et 10′ le soir … mais elle instaure au passage la notion de correspondance en IdF a St Cloud avec la ligbe L !

  5. agdelPasser au statut dit :

    Je l’ai déjà dit mais je le répète : à Versailles Chantiers, le RER C vers St Quentin disparaît des écrans très longtemps avant son départ ! Il m’est arrivé plusieurs fois depuis septembre de le chercher sur les écrans, d’aller jusqu’au guichet, de demander ce qui se passe, puis de descendre tranquillement sur le quai où le RER était arrivé avec 4 minutes d’avance (et avait donc disparu des écrans). En fait, il arrive systématiquement en avance l’après-midi, à une époque il partait en avance et marquait l’arrêt 3 ou 4 minutes à St Cyr, désormais il quitte Versailles à l’heure, mais cette disparition des écrans est vraiment pénible !

  6. Challenger_fr dit :

    ETAT d’URGENCE décrété : comment ça concerne les transports en France ?
    ==> un mot de votre part serait le bienvenue…
    Des infos svp Astreinte blog concernant les transports en commun en IDF ?
    On est en Etat d’urgence tout de même !!!

  7. Yann dit :

    Bonjour,
    Puisqu’on parle d’information voyageur, permettez moi d’évoquer la dernière affiche de ponctualité du mois d’octobre. Je ne reviendrais pas sur le taux de ponctualité désastreux mais je m’interroge sur la qualité du français qui semble proportionnel au taux de ponctualité de notre ligne. Permettez-moi de citer deux extraits :
     » un tweet [….] nous est permis…. »
    ou encore la phrase mega-combo
    « ….un acte de malveillance sur un installation de signalisation entrainent une interruption de totale des circulations… »
    N’y a-t-il donc aucun contrôle des affiches(destinées à être lu par un large public) avant impression ?
    L’image de la sncf et son respect pour ses clients passe aussi par l’utilisation d’un français correct et la mise en place d’une relecture ne devrait pas être trop coûteuse..
    Cordialement,

    • Bonjour,
      Effectivement, les erreurs arrivent…à vouloir être rapide et précis sur le fond, on en oublie facilement la forme…Je transmets votre commentaire pour plus de vigilance.

Les commentaires sont fermés.