MeslignesNetU.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Les Travaux de nuit en cours sur le secteur de Dreux

6
Publié le 5/08/2016

IMG_20160805_063333Le secteur de Dreux est actuellement au cœur d’un chantier d’envergure visant à renouveler l’intégralité de son infrastructure. Il est ainsi actuellement le plus grand chantier d’Ile De France!
Pour y parvenir en un temps record, l’une des 3 « Suite Rapide » disponible en France est mobilisée chaque nuit sur les 55 kilomètres de voies à renouveler.
Envie de jeter un œil sur ce qu’il se passe sur ce chantier ? Ces images dates de la nuit dernière !

Le train usine, nommé la « Suite Rapide » permet de traiter 1000 de voies en une seule nuit. Pour le guider et l’alimenter il faut toutefois la présence de 400 agents chaque nuits !
Entre la fin des circulations des trains voyageurs, la mise en place du matériel et l’acheminement des engins, il ne leur reste que 5h en moyennes pour intervenir sur le chantier, avant de permettre la restitution des voies et la reprise du trafic.
Ainsi, chaque nuit, le train usine et les 400 agents avancent pas à pas pour renouveler intégralement votre infrastructure. Et pour ce faire, ils respectent 4 grandes phases de travaux permettant de retirer et repositionner chacun des éléments constituant la voie ferré.

IMG_20160805_063309

Phase 1 : Le dégarnissage

Il faut bien sûr dans un premier temps sécuriser le chantier et rapatrier tous les éléments nécessaires à la réalisation des travaux.
Commence alors la phase de dégarnissage qui consiste à retirer le ballast usagé qui ne correspond plus au gabarit réglementaire et qui ne peut donc plus remplir son rôle d’absorbeur et de stabilisateur de la voie.
Pour cela, la dégarnisseuse soulève la voie et enlève le ballast sur environ 30 centimètres. Le ballast est ensuite trié, la partie récupérable est redéposée sur la voie, le reste est destiné à être recyclé.

phoffto-2-300x169

Phase 2 : La substitution

C’est au tour des rails d’être retirés. Les différentes attaches sont enlevées pour écarter les rails de la voie et libérer ainsi l’accès aux traverses. Composées de bois ou de béton, ces dernières sont elles aussi retirées puis remplacées, avant d’être repositionnées sous de nouveaux fils de rails qui retrouvent leurs positionnements et fixations (attaches et soudures).
photzo-2-225x300

Phase 3 : Le relevage

Vient ensuite l’étape du relevage, c’est-à-dire la mise en place du ballast neuf pour mettre la voie à niveau. C’est une étape importante qui exige une grande précision pour respecter le profil de la voie (nivellement, courbes, …).
Après avoir déversé et répartit une quantité de ballast sur ces voies en travaux, la bourreuse vient mettre la voie aux cotes avant que la régleuse ne profile le ballast. La voie est ensuite vieillie artificiellement par un stabilisateur qui reproduit les vibrations équivalant à 100 000 tonnes de trains. Cette remise à niveau de la voie permet un ajustement précis de 80 mm maximum !

19017

Phase 4 : Libération et nivellement supplémentaire

Vient ensuite la dernière étape qui est celle de la libération ! Elle a pour objectif de répartir les contraintes du rail, c’est-à-dire de faire supporter au rail les écarts de températures qu’il devra subir par la suite (efforts de dilatation liées aux variations climatiques). Cette opération est réalisée de nuit. La soudure des deux rails est contrainte par la température ambiante lors de sa réalisation. C’est-à-dire que la température extérieure au moment de la réalisation de la soudure détermine son coefficient de dilatation. Ainsi plus la température est haute au court de la nuit de réalisation des Travaux, plus la soudure résistera aux fortes chaleurs, en revanche, plus la température est basse lors de cette nuit, plus la soudure résistera aux températures hivernales. Il faut tenir compte de ce paramètre lors de la réalisation des travaux pour trouver un équilibre, une température moyenne permettant de résister au mieux aux deux extrêmes (canicule ou gel) qu’impose notre climat.
Le châssis de voie devient alors résistant et la bourreuse entre une dernière fois en scène.

19028

Clôture du chantier

La troisième et dernière phase correspond au travail de finition qui exige un nettoyage complet du chantier ainsi qu’une remise en place des installations de sécurité.
Les différentes pistes d’accès au chantier doivent ensuite être remises en état et la circulation peut enfin reprendre…
Ces travaux sont réalisés de nuit, sur une plage horaire finalement très courte puisqu’ils doivent s’insérer entre la dernière circulation de la soirée, et la première circulation du lendemain.
Le temps d’installer et d’acheminer équipement et matériaux, puis de les retirer, les réacheminer au centre des travaux, puis de sécuriser la zone pour permettre une reprise des circulations, il ne reste finalement que 4 à 5 h de travaux à proprement parlé.
Ils peuvent de ce fait être réalisés lors d’un weekend pour permettre aux agents de maintenance des délais plus conséquents et donc des interventions plus rapides et optimisées.

Restitution des voies

Un allongement du temps de parcours est souvent perceptible sur ces secteurs en travaux car il est nécessaire pour des raisons de sécurité d’y circuler à vitesse réduite. Les différents éléments qui composent l’infrastructure ayant été déplacé, il faut un certain temps, malgré la bourreuse pour que chaque constituant se stabilise entièrement.
Des zones de limitations de vitesses sont donc régulièrement mises en place dans le cadre des travaux de renouvellement des voies.
Enfin, l’une des grandes difficultés d’un tel chantier, réside dans la restitution du site à l’heure précise, de manière à ne pas entraver la reprise des circulations du matin.

Parfois restitution tardive…

Ces travaux réalisés de nuits sont particulièrement lourds en termes de moyens, d’équipements, de matériaux traités et déplacés, mais tout y est surtout millimétré.
Cependant, en cas d’incident (la panne d’un engin, une difficulté technique sur le chantier, la casse d’un élément…), l’heure de restitution est décalée et avec elle le départ prévu des trains.
Le moindre incident sur un chantier empêchant ou retardant cette restitution du site peut donc provoquer une interruption des circulations ou une perturbation d’une plus grande ampleur.

Les travaux de cette nuit en image…

Pour assister à l’évolution des chantiers en direct, n’hésitez pas à suivre @laetitia_noel_ et @lara_cossu sur #TWITTER !

 

6 commentaires pour “Les Travaux de nuit en cours sur le secteur de Dreux”

  1. NuserPasser au statut dit :

    Bonjour,
    Les travaux c’est Dreux / Plaisir seulement donc 1 seule voie? Je pensais que c’était les 2.

    • Doudou dit :

      C’est bien les deux, à la différence que le « Dreux Plaisir » montre juste la portion traitée sans distinction de voie…

  2. NKR dit :

    Simple curiosité: une vaste emprise a été libérée le long de la voie entre Trappes et la Verrière pour stocker des traverses et du matériel de voie. C’est bien pour ce chantier là?

  3. Fred Croon dit :

    Bonjour,
    J’habite la Queue Les Yvelines, près de la ligne de train Dreux-Montparnasse.
    Il y avait des sirènes entre 00h30 et 2h30 la nuit dernière.
    Cela m’a réveillé 3 fois.
    Est-ce bien nécessaire de faire sonner des sirènes lors de travaux?
    Cela va-t-il continuer la nuit prochaine?

    Merci

    Fred

    • Bonjour
      Il y a d’importants travaux de régénération du réseau sur ce secteur qui imposent certaines mesures de sécurité tout au long du chantier. Les sirènes que vous entendez, sont je pense, les sifflets des trains travaux et engins de chantiers qui doivent se signaler pour la sécurité du personnel qui intervient du nuit sur les voies. Ils peuvent donc se reproduire avec plus ou moins d’intensité jusqu’à la fin des travaux.

Les commentaires sont fermés.