MeslignesNetU.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Focus sur l’important chantier des travaux de Dreux

3
Publié le 27/04/2017

Les travaux de Dreux se sont déroulés ce weekend. Explications et retour en image

L’année 2017 est dense en travaux sur plusieurs axes de la ligne: le chantier de Clamart, le prolongement du RER E vers Mantes-la-Jolie, le renouvellement d’aiguillage sur la ligne U entre La Défense et St Cloud et… les travaux en gare de Dreux dont nous allons parler aujourd’hui.

 

Le chantier de Dreux

 

Ce chantier a commencé au mois de Janvier et se termine au mois de juillet. Il consiste à remplacer des appareils de voies (Renouvellement Appareil de Voie) ainsi que du ballast (Renouvellement Voie Ballast).

13 appareils de voies sont remplacés au total, 3 appareils de voies en bois sont remplacés par des appareils de voies en béton et 10 par des appareils en bois sur 7 weekends de travaux pendant 33 semaines.

Nous récapitulons toutes les semaines les travaux vous impactant dans la rubrique hebdo travaux. Les prochains travaux impactant la circulation entre Montfort l’Amaury Méré et Dreux sont

  • du 05 mai au 08 mai
  • du 12 mai au 14 mai
  • et du 25 mai au 28 mai

Ce weekend, il y a eu la pose de 8 appareils de voies, dont 2 ont été acheminés par wagon-pupitre.

 

Qu’est qu’un wagon pupitre ?

 

C’est une technique assez récente et qui est utilisée sur des chantiers d’une certaine ampleur lorsqu’il faut remplacer un grand nombre d’aiguillages.

Il permet notamment un gain de temps en plus de limiter au maximum les interruptions de circulation des trains durant les travaux.

Lors de chantiers de remplacement d’aiguilles, les aiguillages à poser sont livrés en kit, par train (ou camion). Il faut alors les monter dans des zones d’assemblage, les manipuler, pour les poser  à leurs endroits définitifs grâce à des portiques de montage.

Grâce au wagon-pupitre, l’aiguillage arrive directement assemblé depuis l’usine de fabrication. Il est  nécessaire d’utiliser une grue de levage ( le train-grue) montée sur rail pour poser l’aiguillage à son endroit définitif.

Ici un wagon pupitre pour la gare de Creil

 

 

Avant de poser ce nouvel aiguillage, le train-grue enlève l’ancien aiguillage grâce à un bras télescopique d’une longueur de 27 mètres maximum. Cet ancien aiguillage sera acheminé par wagon-pupitre, dans l’usine de fabrication, pour y être recyclé.

 

Retour en image

 

 

à lire aussi

Comment ça marche ? Le renouvellement des voies ferrées

3 commentaires pour “Focus sur l’important chantier des travaux de Dreux”

  1. 78jboPasser au statut dit :

    Bonsoir… Merci de cette évocation des travaux d’infrastructure ferroviaire… C’est toujours impressionnant la précision – et la perfection – de ces travaux : linéarité, courbure, dévers exact. J’avais été impressionné par les changements d’aiguillages en gare de St-Cyr en 2015 !
    J’ai observé ces voies nouvelles en gare de Houdan… évidemment, on en profite pour éliminer les petits « triages » de toutes ces gares « marchandise »… Il fut un temps où on était plus « écolo », la desserte des trains de marchandises irriguait toute la France. C’est fini ! Les camions ont pris l’avantage ! Tant pis pour la planète !

  2. Phil78Passer en mode normal dit :

    Bonjour ,

    Ce sont des artisans à grande échelle, le travail est titanesque. Je leur tire mon chapeau.
    Quand vous dites « aiguillages en bois » remplacés par des « aiguillages en béton » vous parlez bien sûr du travelage! Les traverses en bois laissent place à des traverses en béton, il est vrai , plus écologiques et d’une durée de vie plus importante, nécessitant de changer uniquement les rails usés. Je note qu’à St Cyr, pour le renouvellement des branchements de la petite ligne provenant du camp de Satory sur la ligne N, ce sont des aiguillages avec du travelage « bois » qui furent utilisés.

    Bonne journée.

  3. 78jboPasser au statut dit :

    Bonjour. Ce matin, prenant le train à St Quentin pour Rambouillet. Celui ci était en retard… du coup les deux trains pour Rambouillet ont roulé , »côte à côte » v2 et v2bis. J’observais les bogies de la Z2N… pour me rendre compte que la voie n’est pas aussi plane qu’elle le paraît. Les bogies absorbent pas mal d’asperites (je ne sais pas si c’est le mot ?). En tout cas, on se rend compte combien la technologie ferroviaire semble vraiment très pointue à tous niveaux… Je crois que je ne suis pas le seul à me passionner pour ce sujet !

Laisser un commentaire