MeslignesNetU.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Comment ça marchera, la maintenance à distance…

8
Publié le 21/02/2014

IMG_0429La maintenance des trains demande une importante organisation car au-delà des délais d’intervention, il faut prévoir et anticiper les délais d’immobilisation des rames qui ne permettent pas aux trains d’assurer ses missions commerciales.

Entre visite préventive et intervention curative, les rames se succèdent donc en centre de maintenance.

Pour connaitre plus en détail l’organisation de la maintenance de nos lignes, n’hésitez pas à cliquer ici.

Pour améliorer ces délais d’intervention et la réactivité des opérations de maintenance, un nouvel outil est en train de voir le jour.

Un nouveau logiciel qui permettra à terme de connaitre à distance les caractéristiques techniques du matériel roulant, ses éventuels dysfonctionnements ainsi que ses besoins d’interventions ou réglages…

C’est cet outil que je vous propose de découvrir ici mais aussi lors de notre visite du Club qui nous permettra d’expérimenter ce système en direct sur un train.

Des trains sous capteurs

Ce logiciel, nommé Solector, fonctionne en fait grâce à de nombreux petits ordinateurs embarqués à bord des trains.

 photo

Ces derniers enregistrent différentes informations à bord et les communiquent en temps réel au centre de maintenance.

Grâce à ce logiciel, le centre de maintenance peut ainsi connaitre l’état précis des différents systèmes et installations embarqués (ventilation, traction, éclairage…).

Il s’agit en quelque sorte d’une boite noire qui enregistre et communique en temps réel chacune des données du train.

Il permet de détecter un éventuel dysfonctionnement mais aussi de lancer des tests et de procéder à des réglages.

Un diagnostic en temps réel, un délai d’intervention réduit

Les agents de maintenance peuvent ainsi procéder aux réglages nécessaires ou constater un léger dysfonctionnement pouvant entrainer à terme une panne ou un dommage.

Ils peuvent ainsi anticiper les éventuelles réparations et immobilisations de rame en programmant les entrées au centre de maintenance uniquement lorsque cela s’avère nécessaire et par ordre de priorité.

Cette capacité de géo localisation de la moindre anomalie permet de retracer à quel moment, à quel endroit précis et quel type d’équipement est affecté.

Grâce à ce logiciel il n’y a donc plus de perte de temps pour identifier l’origine du dysfonctionnement et en définir la cause.

Le diagnostic et le temps d’intervention sont ainsi largement réduits.

Cette maintenance à distance permettra à terme de gagner un temps considérable en délais de traitement des rames et donc en temps d’immobilisation.

Pour le moment ce logiciel est au stade de déverminage, c’est-à-dire qu’il faut encore le régler afin qu’ils transmettent des données clairement utilisables pour les agents de maintenance.

Nous assisteront d’ici quelques jours à l’un des ces tests, qui sont actuellement réalisés au Technicentre de Montrouge et nous découvrirons ensemble les différentes possibilités qu’offre ce nouvel outil de maintenance.

Rendez-vous donc dans quelques jours pour partager nos découvertes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8 commentaires pour “Comment ça marchera, la maintenance à distance…”

  1. Bluebird43Passer en mode normal dit :

    Bonjour,
    Merci, article intéressant. En espérant que ces investissements porteront leurs fruits pour la régularité 🙂
    Bonne visite à tous.
    Cordialement.

  2. romuald dit :

    Effectivement très intéressant, si çà peut remonter des infos pertinentes pour les maintenanciers, les techniciens … et si les défauts sont l’image de la cause directe de la panne et non la conséquence d’un autre organe déffectueux .

  3. romuald dit :

    Ce genre de système n’existe t’il pas déjà sur la ligne 14 du métro en plus ou moins élaboré ?

    • Bluebird43Passer en mode normal dit :

      En tout cas la ligne 14 bat les records de ponctualité donc si ce genre de système peut y contribuer 🙂

    • romuald dit :

      la ligne 14 à la différence a été conçue dès le départ en automatique, avec un système de maintenance de visualisation des défauts des trains à distance …
      La différence sur toute autre ligne, c’est qu’il aura fallu adapter à une ligne pas forcément conçue pour çà et avec du matériel bien plus ancien, un système de maintenance à distance … c’est tout de suite plus complexe à mettre en oeuvre je pense …

  4. stef78190 dit :

    dommage que cela ne prenne pas en compte les voitures car c’est très rare d’avoir une rame complète sans problèmes de chauffage / climatisation

  5. Andromede dit :

    Bien joli tout ça, espérons qu’il y aura un capteur spécifique qui détectera l’absence de chauffage dans les voitures, parce que régulièrement, on gèle le matin ! Et quid de la propreté ? On aura beau mettre tous les capteurs que l’on voudra, s’il n’y a pas plus de moyens mis dans le nettoyage des wagons,la ligne N Mantes-Montparnasse restera une ligne des plus sales : détritus, sols souillés, banquettes sales. Lorsque l’environnement est dégradé et sale, les gens font encore moins attention et salissent encore plus, c’est un cercle vicieux !

  6. Phil 78 dit :

    Bonjour ,

    M. Andromède, le manque de propreté n’est pas un dysfonctionnement, mais juste un manque d’éducation de certains voyageurs! Ce système de maintenance à distance, qui est une très bonne idée, est porté sur l’optimisation des interventions sur le matériel, pour des temps d’immobilisation moindres de celui-ci, et toujours plus de sécurité pour son exploitation.
    Par contre, pour aller dans votre sens, on peut s’étonner qu’il n’y ait toujours pas de caméras de vidéo-surveillance, dans les voitures, il y aurait beaucoup moins d’incivilités, et plus de sécurité, les contrevenants se sachant filmés !

Les commentaires sont fermés.