MeslignesNetU.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Dans la peau…d’un horairiste

1
Publié le 13/03/2015

Horairiste TransilienComme vous l’avez découvert la semaine dernière, les horairistes travaillent au sein de la PCAT, Plateforme de Conception et d’Adaptation Transilien.
Leur mission est de construire des grilles horaires qui seront nécessaires dans un avenir plus ou moins proche soit en raison de travaux (qui nécessiteront une adaptation des circulations…) soit en raison d’une demande de la part du STIF pour modifier le service actuel (création d’une nouvelle offre de transport pour les voyageurs).

Dans tous les cas, leur mission repose sur une véritable analyse et une totale maitrise des paramètres inhérents à la circulation ferroviaire. Je vous propose ici d’entrer dans l’univers de ces concepteurs horaires.

Un travail d’étude et d’analyse basé sur un cahier des charges

A l’origine de leur travail, il y a donc nécessairement une demande qui prévoie une modification du plan de transport.
Le demandeur, (Le STIF ou RFF) a un objectif qu’il fixe dans un cahier des charges très précis reprenant tous les aspects et paramètres du projet.
Pour prendre un exemple, il peut s’agir d’une nécessité d’RFF de réaliser des travaux sur un secteur durant une période conséquente qui ne permettra plus d’assurer de circulation. Dans le cas de notre ligne N, il s’agit par exemple des travaux qui vont être réalisés en gare de Versailles chantiers les weekends des 13/15 et 20/22 février. Ces derniers sont programmés depuis deux ans et l’ampleur de l’intervention (grutage d’une passerelle de 200 tonnes) nécessite une interruption des circulations. Les horairistes ont ainsi reçu, il y a deux ans, un cahier des charges reprenant les contraintes liés aux travaux, les délais d’occupation des emprises ferroviaires et de ce fait des impossibilités d’assurer les circulations.
Dès cet instant leur mission a consisté à réorganiser le plan de transport de manière à assurer une circulation « normale » pour tous les voyageurs des secteurs extérieurs à l’interruption. Cependant comme l’interruption se situe à Versailles Chantiers, zone normalement traversée par tous les axes, ils ont dû modifier l’organisation de tous les roulements de toutes les rames et conducteurs pour reconstruire, le temps de deux weekends, un plan de transport à l’identique mais avec des Origines/Terminus inhabituel. De ce fait, il a fallu analyser les gares pouvant permettre les retournements de trains, déterminer les point de stockage des rames, adapter les roulements des conducteurs et des visites en centres de maintenance, prévoir les modes de substitution pour les voyageurs, les moyens réalisables, les commandes et toute la mise en œuvre pour que tout soit opérationnel le jour J….
Il peut aussi s’agir d’une volonté d’améliorer une offre comme le fait régulièrement le STIF en souhaitant modifier le service proposées aux voyageurs pour qu’il corresponde plus aux besoins identifiés sur différents axes. C’est le cas de notre futur SA 2016 mais nous en reparlerons prochainement.

Un cahier des charges est donc construit et le travail de l’horairiste peut alors commencer.

Construction des horaires de trains, des paramètres à maitriser…
Pour imaginer une construction de grille basée sur les demandes fixées, l’horairistes doit maitriser les paramètres concrets qui permettent de réaliser toute circulation ferroviaire.
Quelle que soit la demande, il doit élaborer sa grille théorique en fonction des moyens dont il dispose :

  • moyen matériel ( nombre de train, type et caractéristique du matériel)
  • capacité de l’infrastructure (nombre de voies dont il dispose, positionnement des aiguilles espacement des trains, densité du réseau selon créneaux horaires de circulation)…
transilien horaire construction

Construction des horaires de trains, un outil indispensable…

A partir de cet instant l’horairiste (actuel, les ferrovipathe comprendront !) bénéficie d’un outil clé pour l’épauler dans sa mission ; l’outil AGATHE.
Cet outil lui permet d’entrer tous les paramètres existants sur le secteur qu’il doit traiter.
AGATHE va ainsi lui permettre de visualiser :

  • Tous les détails de l’infrastructure (nombre de voies, positionnement des aiguilles, nœud ferroviaire, zone de limitation de vitesse…)
  • Le plan d’occupation des voies (secteurs empruntés par différents trains TGV, TER, INTERCITE,RER, Transilien)
  • densité des flux de circulation selon les heures (pointe/hors pointe)
  • Signalisation (définit les règles d’espacement entre les trains)
  • Particularités du matériel (coefficient d’accélération, de freinage…)
  • Positionnement des quais (voyageurs, garage, retournement…)
horairiste Transilienhorairiste

 

 

 

 

 

 

 

Grâce à tous ces éléments l’ horairiste peut ensuite entrer dans l’outil le service théorique qu’il vient de construire. AGATHE fonctionne alors comme un révélateur en indiquant grâce à un code couleur toutes les zones de friction, de tension où la grille étudiée et testée par l’horairiste rencontrerait des difficultés réelle sur le terrain.
Construction des horaires de trains, une grille horaire millimétrée…

Vous le voyez tous les jours, le moindre retard sur un train entraine des conséquences sur la ponctualité des trains suivants. Entre trains qui se suivent et trains qui se croisent la difficulté de circulation d’un secteur dense est qu’aucun incident même minime ne peut se limiter à un seul train. Le moindre grain de sable dans les rouages de la circulation d’un plan de transport a des conséquences sur la ponctualité d’un secteur complet. L’horairiste doit de ce fait s’atteler à construire une grille millimétrée qui fonctionne sans la moindre tension, tout en prévoyant une construction la plus dense possible pour permettre au plus grand nombre de trains de circuler.

Construction des horaires de train, de la concertation à la mise en place…

Une fois son service théorique construit et validée par AGATHE, une commission est réunie, c’est alors au demandeur d’analyser la proposition faite et d’établir si ce service théorique correspond à ses attentes et au cahier des charges fixé. Ces concertations peuvent découler sur des réajustements ou valider le service théorique proposé.
Il ne reste plus qu’à tout mette en œuvre pour que ce nouveau service passe du stade « théorique » à « programmé ».
Les phases de réservations des sillons auprès d’RFF et de programmation des roulements de rames et personnels (faites par le gestionnaire de moyen) sont ensuite une longue étape nécessaire avant celle de la communication qui vient informer le voyageur en gare des modifications qu’il va percevoir dans son plan de transport…
Mais à cet instant nos horairistes s’attèlent déjà à d’autres projets !

photo 2
à lire aussi

Comment ça marche… la création d’une grille horaire ?

Comment ça marche…la gestion du plan de transport ?

Un commentaire pour “Dans la peau…d’un horairiste”

  1. flacomPasser au statut dit :

    Et merci aux horairistes pour les allongements systématiques des temps de parcours qui permettent à la SNCF d’améliorer ses statistiques de ponctualité!
    Combien de minutes en plus sur les trajets La Verrière – la Défense ou Chartres – Paris ces dernieres années??
    Désormais sur certaines portions de ligne les trains se trainent (souvent pas plus de 50Km/h entre Epernon et Rambouillet) ou alors ils stationnent de longues minutes en gare (pas moyen de faire Chartres-Paris, 88Km seulement, en moins de 61mn et surtout pas à l’heure de pointe!). Donc merci aux horairistes pour cette marge supplémentaire offerte à la SNCF et pour avoir ramener l’automobile dans la course (désormais systématiquement plus rapide que le train malgré les bouchons!).
    Mais pourquoi ces horairistes appartiennent-ils à la SNCF et pas à RFF??? Pour qui travaillent-ils exactement?

Les commentaires sont fermés.