MeslignesNetU.transilien.com est un blog de SNCF
S'informer

Le mouvement social sur la ligne U

7
Publié le 30/03/2016

jeu noel 02-12Ce mouvement social, ainsi que le précédent ont d’importantes conséquences sur la ligne U puisque aucune circulation n’est possible.
Cette situation particulière demande de plus amples informations, si j’ai déjà répondu à certains d’entre vous, je pense que ce sujet mérite d’être abordé de manière plus large. Je vous propose donc d’échanger ici sur ce sujet.

Pourquoi un service minimum non respecté ?

Le « service minimum » c’est l’obligation pour le personnel de se déclarer en grève au moins 48h à l’avance afin de permettre aux entreprises de réviser l’organisation du travail.

Cette révision permet notamment de réaffecter le personnel disponible afin de permettre la mise en œuvre du plan de transport adapté pour chaque ligne et de communiquer aux voyageurs les perturbations 24h à l’avance.
En cas de grève, les personnels disponibles sont donc uniquement les personnels de l’entreprise non-grévistes et ce paramètre là peut être extrêmement variable d’un mouvement à l’autre.

Que faut-il pour faire rouler un train ?

Le premier réflexe est de penser au conducteur bien sûr, mais pour faire circuler un train, il faut aussi tout le personnel qui va agir sur son itinéraire, en l’orientant (régulateur, aiguilleur), ainsi que  le personnel de régulation sous station (responsables de l’alimentation électrique, des caténaire, des trains…)…

Je cite ici les 2 commentaires de @PauloAquino qui sont très complets

« Pour que la Région de Paris-St-Lazare puisse faire circuler le service le plus réduit que soit sur la ligne L, il faut – entre autres et en plus de Paris-Saint-Lazare lui-même – que les Postes de Versailles-RD, Saint-Cloud, Marly-le-Roi et St-Nom soient ouverts au service de la circulation.
cela nécessite de disposer d’un certain nombre d’agents (cadres compris, bien sur)
Pour que la ligne U puisse rester ouverte, hormis les nécessités équivalentes propres au réseau Montparnasse, il faut que les Postes de Viroflay-RD et La Défense soient ouverts au service de la circulation, qu’ils puissent donc aussi être tenus.
lors du mouvement précédent ces deux Postes de La Défense PRCI et Viroflay-RD PRCI (entre autres) ont cessé le service de la circulation: plus d’Agents-Circulation, plus d’Aiguilleurs sur lma période concernée… et il n’y avait aucun effectif disponible pour couvrir les services non assurés. »
« il faut reconnaître que ce n’est pas facile à appréhender vu de l’extérieur.
tout d’abord, il existe des Postes qui doivent impérativement être tenus: sur le réseau L, A, J, hormis Saint-Lazare, on en décompte 4 à ma connaissance: Argenteuil PCD, Mantes-la-Jolie PRCI, Sartrouville PRS et Saint-Cloud PRS (qui gère la bifurcation vers St-Nom et peut dévier et/ou faire de terminus/origine pour les trois provenances/directions)
Ces postes sont dits « centralisateurs », ils gèrent notamment les appels à l’astreinte Circulation et assurent la circulation des trains sur des secteurs complexes.
lorsqu’un Poste permanent (le PRCI de La Défense par exemple, qui est complexe mais ne gère aucune bifurcation) est amené à cesser le service, il s’assure, entre autres procédures, que la continuité des voies 1 et 2 est assurée dans son secteur.
il va donc tracer les itinéraires en voie directe et s’assurer que les signaux sont commandés à l’ouverture, depuis la sortie de Courbevoie jusqu’à la sortie de Suresnes.
puis il cesse le service de la circulation avec les Postes encadrants (Bécon et Saint-Cloud par exemple, Bécon ayant ensuite cessé le service avec Asnières Poste 1 et Saint-Cloud, alors que Viroflay-RD avait cessé le service avec Saint-Cloud et Versailles-RD, etc…)
cette procédure est celle appliquée par les Postes temporaires (ceux qui ne sont pas ouverts en permanence au service de la circulation)
a partir de ce moment, tous les trains circulant sur la ligne L passent « tout droit » entre le Val d’Or et Bécon.
si un incident circulation/signalisation/autre intervient, le conducteur concerné avisera l’Agent-Circulation le plus proche, à défaut le Régulateur du COGC de PSL qui retransmettra immédiatement aux Agents-Circulation encadrants et prendra le relais (du point de vue circulation : limitation des trains à St-Cloud, à Bécon, …)
et les mesures de protection éventuelles seront prises par les Agents-Circulation des Postes encadrants.
en l’occurrence, pour que la U circule, il y a une solution intermédiaire, déjà appliquée en cas d’incident (exemple concret: accident de personne entre Suresnes et le Val d’Or): limiter les trains de la U à Saint-Cloud.
mais pour cela, il faut impérativement que la PRCI de Viroflay-RD soit tenu: on a déjà eu la cas par le passé: La défense avait cessé le service mais le nombre d’Agents disponibles avait permis de tenir Viroflay-RD.
Mais pour la journée du 09 mars, les déclarations des agents qui y sont soumis avaient permis de prévoir que trois postes (au moins, et entre autres sur l’ensemble des lignes) seraient non tenus: Bécon, La Défense et Viroflay.
S’il était possible – par exemple – de réaffecter les agents disponibles (par exemple en fermant volontairement le PRS de Garches, qui aurait pris les mêmes mesures que La Défense, et rien ne dit qu’il sera tenu le 31) pour couvrir la circulation sur les deux lignes L & U, cela aurait été fait.
Maintenant, pour qu’une ligne assure un service normal, il faut évidemment que tous les Postes soient ouverts au service de la circulation et que les personnels liés à la circulation des trains (COGC, COT, Conducteurs, Contrôleurs, et autres tels que Superviseur Manoeuvre à Versailles-RD, par exemple, sans lequel on ne peut ni sortir ni rentrer les rames…) soient en nombre suffisant. »

Comment chaque ligne construit-elle un plan de transport en cas de grève ?

Des effectifs dédiés  et habilités

Chaque ligne possède ses propres effectifs, pour chaque corps de métier.

Les postes d’aiguillages ou les secteurs de circulation présentent tous des particularités techniques qui demandent une habilitation spécifique.
Pour la conduite, de nombreux gestes métiers dépendent des formations mais aussi de l’expérience (vitesse d’approche, courbes de voies, points de repère de freinage, changement d’alimentation, reliefs…) Le personnel est donc habilité sur le secteur sur lequel il intervient car il est essentiel de maitriser ces paramètres techniques.
Les conducteurs sont aussi habilités au matériel de leur ligne, chaque type de train demandant des gestes métiers différents et une maitrise des différences de sensibilité, de puissance, de réactivité…

Un état des lieux des effectifs pour reconstruire un plan de transport

Un même mouvement social n’a donc pas nécessairement les mêmes conséquences sur toutes les lignes. L’impact sur les circulations dépendra du nombre d’agents présents pour effectuer les missions de conduite et d’aiguillage.

48h avant un mouvement, les agents grévistes doivent s’être identifiés. Il est alors possible d’identifier les effectifs qui seront présents et de travailler à la création d’un nouveau plan de transport réalisable avec cet effectif réduit.

Il faut dans tous les cas, un personnel constant dans les postes d’aiguillage qui sont tenus en 3*8, des conducteurs en nombre suffisant pour assurer un service cohérent, des agents dans les sous-stations, sur les postes de régulation….

Selon ces effectifs présents, le nombre de train sera ainsi plus ou moins important, pouvant aller d’1 sur 3 à 2 trains sur 3, ou malheureusement aucun train…

Une fois construit, ce plan de transport est communiqué via tous les outils d’information à distance et affiché en gare pour alerter les voyageurs sur les possibilités du service 24h à l’avance.

 

Pas de circulation sur la ligne U… existe-t-il des itinéraires bis ?

Ce mouvement social, comme le précédent, est particulièrement suivi et ne permet pas en conséquence d’assurer un service même partiel sur la ligne U.

Les voyageurs peuvent cependant emprunter provisoirement d’autres itinéraires pour se rendre malgré tout dans les gares de leurs choix.

Si cette alternative n’est pas idéale, je me permets cependant de vous la proposer et vous invite à partager ici vos itinéraires alternatifs, vos astuces pour gagner un temps précieux dans ces situations complexes ou vos propositions de covoiturage…

Certains de ces itinéraires traversant des secteurs RATP, il est cependant important d’être en possession d’un titre adapté.

image plan trajet alternatif VRG - VRD

7 commentaires pour “Le mouvement social sur la ligne U”

  1. usager usagé dit :

    Mouais… c’est bien jolie vos explications (digne de la règle du contre-sirop de Perceval soit dit en passant…) mais au final en faisant la quadrature du cercle et en ajoutant l’âge du capitaine on en arrive à une conclusion :
    la seule ligne qui relie la « rive gauche » (lignes N, C) et la « rive droite » (ligne L) est coupée !!

    Mais je suis rassuré si c’est normal et « logique », je visiterai Viroflay demain le coeur léger…

    Et sinon il n’y a personne (de préférence à la SNCF) qui se dit que cette organisation n’est pas au point ?

  2. enaunpeumarrePasser au statut dit :

    Je ne reviendrais pas si le foulage de guele de ne pas avoir quelques trains sur la U en heure de pointe. Ca s’est pourtant déjà fait par le passé.

    Non je voudrais juste montrer les petites mesquineries de la sncf/ratp ces jours de grèves…

    Jour de grève donc moins de train, service de mauvaise qualité… blah blah blah MAIS les tourniquets sont bien resté fonctionnels aujourd’hui ! C’est pour nous épier ? Voir pour comment nous faire plus chier les prochaines fois en supprimant les quelques trains qu’on a réussi à avoir ????

    Et en descendant à Issy Val de Seine pour récupérer le T2 completement blindé ce matin, je découvre une gare fermée… Reste une minuscule porte (de service ?) qui permettaient tant bien que mal aux clients que nous sommes de descendre vers le tramway et aux autres de monter au RER. Embouteillages garantis !!! Personne n’a pensé à ouvrir les rideaux métalliques ??????? C’est m^me très moyen niveau sécurité là….

    Et enfin, ou sont les gilets rouges, verts, bleus, roses (prenez la couleur que vous voulez) sensés aider, aiguiller, les clients un peu perdu ces jours de grèves ????? Hein, ils sont tous ces encu… ????

    Ah y’a du monde pour faire la fête pour les départs a la retraite… regarder ici : https://www.youtube.com/watch?v=MBulGQ-G1Ws
    Mais pour avoir un minimum de service et de bon sens, il n’y a plus personne…

    Vous n’avez pas intérêt à faire des contrôles dans les trains pour au moins 3 mois sinon je leur fait une tete au carré ! 😀

    • Kethu dit :

      C’est pas une porte de service, juste l’entrée/sortie de nuit (quand la gare est fermée). Et comme il y avait grève, si l’agent qui ouvre la gare normalement est en grève elle ne va pas s’ouvrir toute seule, la gare, donc les rideaux n’ont été ouverts que tardivement (le temps d’envoyer une astreinte ou qu’un autre agent prenne son service). Rien de bien étonnant en période de grève.

      Et sinon, juste une question : En quoi c’est choquant ou je ne sais quoi que de fêter un départ à la retraite ? En plus d’oser défendre leurs conditions de travail, les vilains cheminots fêtent des départs en retraite dignement, c’est honteux ?

      (Pour info : J’ai aussi passé 5mn à monter sur le quai à Issy VDS ce matin, et je le vis bien 😛 )

    • ramses06Passer au statut dit :

      Effectivement c’était jour de grève et je l’ai très bien vécu aussi 🙂 . mais pour certains c’est le drame de leur vie malheureusement et je ne vois pas non plus le rapport avec le départ à la retraite lol mais bon

  3. ErwannPasser au statut dit :

    Bonjour

    Je tombe des nues : il faut encore du personnel physiquement présent à chaque poste d’ aiguillages, comme au bon vieux temps de « La bête » ou de « La bataille du rail »?

    En Île de France du moins ou la densité des circulation très forte, je croyais les itinéraires tracés informatiquement, les sillons calculés par ordinateur, l’avancement des trains suivi scrupuleusement par la machine ; l’agent n’intervenant que pour modifier la programmation existante : inverser deux trains, dérouter un train sur la voie ou le quai d’à côté avec -soyons fou- une souris à la main, par simple glisser-déposer.

    Je croyais les aiguilleurs encore présents aux grands triages, aux bifurcations complexes ou les granges gares pour gérer le trafic local. Que nenni donc.

    Et pour « ma » simple navette Versailles-Chantiers – St Clou que je réclamais sur le post d’à côté il faut peut-être 10 personnes autour du train et du conducteurs.

    Combien prêtes à bondir sur leur vélo pour bouger à la main une aiguille récalcitrante?

    • Bonjour
      Effectivement…il faut du personnel pour faire circuler des trains…pour les conduire, les aiguiller, les réparer, intervenir sur les installations électrique, sur le matériel, sur l’infrastructure…
      Si aujourd’hui beaucoup d’actions sont automatisées ou programmées ( les leviers pour orienter les aiguilles ne sont plus tous répartis le long des voies mais centralisés dans un même poste où il suffit d’enclencher le (bon) bouton…), il faut en revanche du personnel pour intervenir au moindre problème, au moindre changement de « programme »…et modifier la programmation en temps réel pour l’adapter à l’événement en cours.
      En gros, sans personne dans ces postes d’aiguillage il serait possible de faire circuler des trains en se basant sur la programmation…mais en cas de souci il serai impossible d’intervenir…Comment assurer la sécurité des centaines de voyageurs en ligne si un événement quelconque vient remettre en question cette programmation, jeter un grain de sable dans les rouages pourtant bien huilés (obstacle sur la voie, panne d’un train, incident d’alimentation…) mais que personne n’est présent pour prendre la main sur la « machine »?
      L’humain est indispensable dans ces différents métiers liés à la circulation ferroviaire…indispensable pour sa rapidité d’exécution, son expériences aux particularités d’un site, pour sa capacité d’analyse et d’intervention en réaction aux événements qui se réalisent à l’instant T.
      Pour faire rouler un train, il faut bien plus qu’un conducteur…pour veiller à la sécurité des voyageurs aussi…

Les commentaires sont fermés.