MeslignesNetU.transilien.com est un blog de SNCF
S'informer

Le point sur les incidents du 02 janvier

8
Publié le 3/01/2017

infotrafic_120La circulation a été fortement perturbée hier sur les lignes N et TER, je vous propose de faire un point ici.

A 12h25, le conducteur d’un train TER au départ de Paris Montparnasse et en direction de Chartres constate une anomalie sur le pantographe. Il est alors bloqué à la sortie des quais de la gare de Paris Vaugirard.

A 12h30, le conducteur alerte  immédiatement le COT (Centre Opérationnel Transilien) de sa situation. Au COT, le coordonnateur régional déclenche tout le protocole de gestion de crise et demande l’intervention des astreintes et de la SUGE sur place pour prendre en charge les voyageurs.

Pendant ce temps, les régulateurs informent tous les conducteurs que le secteur de Paris Montparnasse est fortement perturbé durant le temps de l’évacuation de la rame. Les GIV (gestionnaires de l’information voyageurs), de leurs côtés, alimentent les écrans et les médias à distance de la nature de la perturbation et de sa durée estimée.

Au même moment, à 12h49, un TGV sans voyageur rencontre lui aussi une avarie sur son pantographe sur le secteur de Montparnasse. Celle-ci nécessite une coupure immédiate de l’alimentation des caténaires du secteur. Les voies 10 à 24 empruntés par nos trains TER/ligne N sont alors inutilisables durant cette intervention.

De 13h13 à 13h30, les voyageurs sont évacués en toute sécurité et encadrés par les agents envoyés sur place. Les experts interviennent alors pour identifier l’origine de la panne et établir un diagnostic de réparation qui est rapidement estimé à 2h.

A 15h15, le TGV sans voyageur est dégagé des voies grâce à la coupe de son pantographe.

d

Au COT, le gestionnaire du plan de transport réorganise les circulations sur les axes qui peuvent encore circuler le temps de permettre les réparations et la libération des différentes voies impactées.

A 16h, un nouvel incident survient, et  perturbe à son tour le trafic sur cet axe. Il s’agit d’un dérangement du poste d’aiguillage du Technicentre Atlantique qui provoque de nouveaux retards sur les trains de la ligne N et les TER.

A 18h35, un signal d’arrêt d’urgence est émis par un conducteur après un choc sur le secteur de St Piat. Le conducteur demande au COT une protection pour aller regarder ce qu’il se passe sur les voies. Il s’avère qu’il a heurté un sanglier mais qu’après les tests de sécurité et les contrôles nécessaires, le train est en mesure de circuler. Le trafic reprend alors rapidement avec cependant 9 TER retardés (+18 à 40 minutes de retard) et 3 supprimés.

A 18h50, le TER est dégagé et les interventions sur la caténaire permettent une reprise des circulations sur cet axe.

A 21h28, un cinquième incident survient. Un conducteur en gare de Marchezais Broué alerte le régulateur au COT. Il doit rapidement appliquer son guide car son train présente une panne qui ne lui permet plus de dépasser les 3 km/h en circulation.

Au COT, le gestionnaire de l’information se mobilise pour commander des bus sur ce secteur et informe les voyageurs de l’axe. A 22h05, 3 bus sont commandés pour acheminer les voyageurs présents dans le train jusqu’à Dreux mais leur arrivée n’est prévue que pour 23h.

Pendant ce temps, le conducteur, poursuit ses opérations de maintenance pour dépanner son train en étant aidé par le PAC (Pôle d’appui conducteur) qui est une assistance dépannage par téléphone pour guider le conducteur dans les interventions un peu plus techniques.

Le conducteur parvient alors à acheminer sa rame jusqu’à Dreux où il arrivera à 23h40.

Les voyageurs seront, eux, finalement acheminés en train, car les bus, retardés par le brouillard, n’arriveront pas à temps. Les voyageurs sont alors pris en charge à leur arrivé en gare de Dreux par le personnel de la gare.

à lire aussi

« Quand il y a un problème sur la ligne, j’ai l’impression d’être seul »

Pourquoi reste-t-il des perturbations après un incident résolu ?

8 commentaires pour “Le point sur les incidents du 02 janvier”

  1. La fouine dit :

    Merci pour ce compte-rendu très détaillé des événements d’hier. C’est ce qui s’appelle rater la nouvelle année ! heureusement les TGV qui étaient quasi tous complets pour ces retours, n’ont pas été impactés par ces désordres.

  2. Constantin92Passer en mode normal dit :

    Bonsoir,
    merci beaucoup d’avoir pris la peine de détailler tout ça pour nous.
    Cela en valait la peine, car pour la plupart d’entre nous – moi le premier – nous sommes sans doute à des lieues d’imaginer ce qui a été un enchainement incroyable d’incidents en cascade, dans une meme journée.
    Je trouve que, toutes proportions gardées bien sûr, nous sommes un petit peu moins lourdement impactés qu’avant, et qu’en tout cas, maintenant les infos circulent mieux, même si on peut constater des « bugs » ici ou là.
    Je vous remercie pour les progrès déjà réalisés et vous souhaite bon courage pour les conforter, les fiabiliser et les améliorer encore en 2017.
    Très belle Année à toute votre équipe, et à tous nos cheminots de la « région » PRG.

  3. Constantin92Passer en mode normal dit :

    Par contre, pour les soucis de caténaires, je dois etre honnête : je les trouve plus fréquents qu’avant.
    Est-ce dû à un effritement de caténaires vétustes qui sont datées, pour certaines, de plusieurs décennies et jamais remplacées ?
    C’est comme pour les rails & appareils de voie : l’entretien de ce qui s’écroule ne peut pas suffire.
    A partir d’un certain point, il faut carrément remplacer.
    Mais ça, ce n’est pas la faute des cheminots. Ce sont les budgets et les Directions qui font la pluie et le beau temps… et pas, hélas, les femmes ni les hommes de terrain qui sont mobilisés et qui galèrent pour faire en sorte de nous fournir le meileur service possible, avec les moyens qui leur sont donnés.
    A tous ces personnels je voulais rendre hommage et renouveler mes meilleurs voeux pour 2017. ♥

    • Bonjour
      Selon les cas, l’origine est différente, il peut s’agir de malveillance, d’accident, de conditions météo qui rendent l’infrastructure plus sensible donc fragile ou encore effectivement d’usure. Comme les opérations de rénovations sont particulièrement lourdes et demandent à la fois d’importantes mesures sur le terrain ( interruption des circulations le temps des travaux, puis souvent limitation de vitesse post chantier, mobilisation du personnel spécialisé, réservation des équipements nécessaires…) et d’importants moyens financés voire co-financés, pour permettre la réalisation de ces travaux.
      La programmation de ces chantiers titanesque se fait de ce fait sur plusieurs années et entre ces différents chantiers visant à régénérer un secteur complet, de nombreuses opérations de maintenance sont fréquemment réalisées.
      Qu’elles soient préventives (pour veiller à la qualité des installations ) ou curatives (pour réparer un dysfonctionnement ou une usure), tous les secteurs sont sous haute surveillance pour répondre aux normes de sécurité en place.

  4. LAMBERPasser au statut dit :

    Bonne année à tous et merci pour le récit détaillé de ces incidents.
    bravo à tous ceux qui ont bravé les intempéries pour rétablir la circulation.

  5. NuserPasser au statut dit :

    Ouf j’ai échappé à ça. Hier c’était le 2?

  6. Florence Lisador dit :

    Bonsoir, merci en effet pour ces informations qui nous permettent de comprendre que cette journée a été particulièrement difficile. Mais il y a quand même un point que je ne comprends pas: pourquoi lors de la.reprise des trains entre 19h et 20h aucun train ne s’est arrêté sur le troncon paris-sevres?C est souvent le cas lorsqu il y a des incidents, le choix est fait de supprimer ces arrêts au lieu de rendre les 1er trains qui reprennent omnibus…Du coup les personnes habitant entre Paris et Sèvres sont systématiquement réduits à attendre 1h qu un train desserve à nouveau leur gare…
    Merci pour votre retour

    • Bonjour,
      A la suite de l’incident qui a touché la caténaire du TER, des mesures de sécurité ont été mises en place. Entre 19h et 20h, une interdiction de circulation nous a contraint à ne pas desservir les gares dans le sens Paris > Sèvres. Il n’était donc pas possible de desservir cet axe à ce moment-là.
      Dans ce cas de figure, le mien est de se rendre jusqu’à Versailles, et de reprendre un train en direction de Paris qui dessert toutes les gares intermédiaires. Cela peut éviter une attente trop longue en gare de Paris Montparnasse.

Laisser un commentaire